Voyage au Brésil

(continue in English) – Dernière mise à jour: 21 décembre 2020

Il suffit d’évoquer le Brésil pour qu’aussitôt surgissent des images de fête, le déhanchement des danseuses de samba ou des footballeurs. Des images de soleil et de plage aussi, dans un pays pourtant confronté aux défis permanents de pauvreté et de criminalité, le loisir apparait en premier. Plus récemment les enjeux environnementaux planétaires ont pris au Brésil une résonnance particulière en raison de sa taille géographique.

En effet le Brésil occupe la moitié de l’Amérique du sud, possédant l’essentiel de la forêt amazonienne dont le sort nous concerne tous. Sa population compte plus de 200 millions d’habitants, autant que tous les autres pays du continent. L’abondance des ressources naturelles favorise la production d’une richesse nationale consistante, profitant tout d’abord à une élite jet-setteuse, puis dans une moindre mesure à une classe moyenne de plus en plus nombreuse, au mode de vie proche des pays occidentaux, alors qu’une multitude de laissés pour compte tentent de survivre dans les jungles urbaines.

Le Voyageur peut fermer les yeux sur cette réalité dérangeante et ne voir que les beaux paysages verdoyants, les plages au sable brulant et les monuments iconiques. Mais la réalité s’impose vite, la multitude de policiers, de militaires et de gardes privés veut dire quelque chose. J’ai vu comment les Brésiliens se réjouissaient quand un voleur à l’étalage pieds nus se fait rattraper par les policiers chaussés de solides chaussures militaires. La peur s’inverse, c’est le délinquant qui doit être protégé de la vindicte populaire.

Il faut donc faire preuve de prudence, une fois l’habitude prise, le Brésil s’offre en géant, il y a beaucoup de ce qu’il y a. Des cataractes d’Iguaçu aux plages de Copacabana, des favelas de Rio aux constructions futuristes de Brasilia, tout voir est impossible, il faut faire des choix, sans crainte de se lasser.

Ah oui, et puis les Brésiliens parlent portugais, à peu près les seuls du continent à ne pas parler espagnol. Si comme moi vous pouvez vous exprimer en espagnol, essayez, ils comprendront la moitié de ce que vous dites, vous comprendrez la moitié de leur réponse, si vous vous trompez de chemin ensuite, ce n’est pas grave, vous découvrirez ce que vous n’aviez pas prévu de voir.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur le Brésil :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s