L’île des Monts Déserts

(continue in English) – Dernière mise à jour : 11 octobre 2020

Monts Déserts, cet étrange nom fut trouvé par Samuel de Champlain en 1604. Il avait reçu pour mission de reconnaitre la côte atlantique au sud du golfe du Saint Laurent, notamment dans la perspective d’une colonie acadienne. Il considéra alors que l’Acadie s’étendrait au-delà de Cape Cod. Abordant l’île il fut frappé par le contraste entre les forêts de conifères qui couvraient les terres et le sommet des reliefs rocheux dégarnis de végétation, donc déserts.

Cadillac est un autre Français qui a laissé sa trace sur l’île, le plus haut sommet (466 m) porte son nom. L’île fit partie du territoire qui lui fut concédé en 1688. Concession assez théorique car le terrain étant disputé entre Acadiens et Américains, il était périlleux d’y mener une activité agricole ou commerciale. Las de ces difficultés, l’aventurier partit pour un périple à l’intérieur du continent, créant Detroit au passage. Cependant après la fin de la présence française dans la région, les Américains rendirent la moitié de l’île à la petite-fille de Cadillac.

Champlain se donna bien du mal pour trouver un nom à la fois descriptif et mystérieux, mais avec le temps ces valeurs se perdent et aujourd’hui pour suivre la mode actuelle des acronymes réduisant tout à quelques lettres sans sens, on dit MDI. Au détour d’une conversation viendra peut-être aussi l’expression locale de ‘downeast’, qu’il faut comprendre comme une sorte d’outback côtier, un endroit isolé et difficile d’accès. Par la route, depuis Boston et après Portland, la progression doit épouser les aléas du relief où fjords et lacs grignotent les terres, la route ondule pour longer la côte.

L’île des Monts Déserts est la plus grande île des côtes du Maine et la seconde sur la côte Est après Long Island. Un pont permet de rejoindre le continent.

Le parc national Acadia

Une grande partie de l’île est occupée par le parc national Acadia créé en 1919, à partir des terrains achetés par l’écologiste américain George B. Dorr qui engloutit sa fortune dans cette œuvre. Il finit sa vie à 90 ans, aveugle et misérable, habitant dans un cottage croulant de Old Farm, dernier vestige de l’héritage laissé par ses parents, de riches industriels du textile.

D’autres philanthropes fortunés appuyèrent et continuèrent l’action de George B. Dorr, les familles Rockefeller, Ford ou Vanderbilt ayant construit des résidences de vacances souhaitaient avant tout préserver l’environnement plaisant qui les avait attirés. La constitution d’un parc national apportait la protection nécessaire.

Curieusement, ce sont les peintres qui attirèrent l’attention sur l’île des Monts Déserts. Thomas Cole puis Frederic Edwin Church et ceux qui se reconnaissaient dans l’Ecole de la Hudson River vinrent séjourner tout au long du 19ème siècle, dans des conditions souvent rustiques. Ils en rapportèrent des peintures de paysages qui à leur tour incitèrent les amateurs d’art à venir découvrir sur place cet environnement naturel.

Bar Harbor

Initialement appelée Eden, la ville devint Bar Harbor en 1918. C’est la ville la plus importante de l’île, là où les boutiques destinées aux visiteurs se font les plus nombreuses. Son nom reste attaché à la notoriété des célébrités qui établirent leur résidence de vacances ici depuis le début du 20ème siècle.

La rade de Bar Harbor sert aussi d’escale aux paquebots en croisière le long de la côte de la Nouvelle-Angleterre. Chaque année plus de 200.000 passagers y débarquent, convoyés par une noria de navettes. Ils sont attirés par une visite au parc national Acadia et par l’attraction exercée par les célébrités, celles qui fréquentèrent ou continuent de séjourner à Bar Harbor.

Marguerite Yourcenar à Monts Déserts

En 1950, la romancière Margueritte Yourcenar s’installe sur l’île des Monts Déserts dans cette maison qu’elle appelle Petite Plaisance. Elle y habitera jusqu’à sa mort en 1987.

Née à Bruxelles d’une mère belge et d’un père français, Margueritte Yourcenar vient s’installer aux Etats-Unis en 1939, au moment de la guerre. Professeur de littérature à New York, elle obtient la nationalité américaine.

Elle continue d’écrire en français et publie en France. D’une lecture difficile, son œuvre est notamment marquée par l’Antiquité et l’homosexualité. Le succès arriva en 1951 avec les Mémoires d’Hadrien qui la firent connaitre du grand public. En 1968 elle reçoit le prix Femina pour L’Œuvre au noir. Enfin, en 1980 elle est élue à l’Académie Française, la première femme à y entrer. Malgré cet honneur, elle déçoit rapidement ses partisans en préférant rester à l’île des Monts Déserts, se rendant finalement assez peu à Paris.

Une carte postale

Jouant pleinement de sa proximité avec l’eau et notamment du long fjord qui la coupe pratiquement en deux, l’île des Monts Déserts est devenue un lieu de villégiature estivale, réputé et recherché. Les recensements dénombrent environ 10.000 habitants permanents sur l’île, à comparer aux 2 à 3 millions de visiteurs annuels.

Si autrefois l’agriculture, la foresterie ou la construction navale constituèrent des ressources économiques, aujourd’hui le tourisme s’impose comme l’activité de base. La pêche artisanale demeure cependant active, cadrant bien avec la carte postale qu’est devenue l’île des Monts Déserts.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur les Etats-Unis :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s