Fort Walsh

(continue in English) – Dernière mise à jour : 27 octobre 2020

Le Fort Walsh a été construit en 1875 par la Police Montée dans les collines de Cypress Hills.

Jusqu’en 1870, La Compagnie de la Baie d’Hudson a disposé du monopole du commerce avec les peuples des Premières Nations dans tout l’Ouest canadien. Cela correspondait à un immense territoire de la taille de l’Europe. De fait, la Compagnie représentait la couronne britannique, en s’appuyant sur ses voies commerciales et ses postes de traite, un début d’organisation se mettait en place.

L’Angleterre a alors transféré le contrôle de la région à la nouvelle Confédération canadienne établie en 1867. Il devint vite urgent d’y assurer le respect de la loi et de décourager les tentations américaines de poursuivre la conquête de l’Ouest sur les terres canadiennes.

Ce fut la mission de la Police Montée créée en 1873. Le premier fort fut établi à Regina en 1874 avec un peu moins de 300 hommes. La moitié d’entre eux furent envoyés fonder Fort Walsh l’été suivant, au contact direct avec les Premières Nations. Les Autochtones étaient alors victimes de vendeurs de whisky frelatés, l’intervention de la police permit d’établir une relation de confiance.

Cette relation fut mise à l’épreuve lorsque les Sioux de Sitting Bull vinrent se réfugier au Canada après avoir anéanti les troupes du général Custer à Little Bighorn au Montana en 1876. Il fallut par la suite négocier et signer des traités, afin de séparer les lieux d’installation des colons des Réserves où les Autochtones purent s’établir durablement.

Fort Walsh devint pendant cette période le poste principal de la Police montée. Une petite communauté se constitua alors autour du fort, il en reste un cimetière portant encore quelques noms des premiers arrivants.

Une fois la situation stabilisée, la Police montée fut progressivement déployée plus loin vers le Nord et l’Ouest du pays, comme au moment de la Ruée vers l’or du Klondike en 1897. Fort Walsh est alors abandonné et démantelé vers la fin du 19ème siècle.

Il faut attendre 1942 pour que la Gendarmerie Royale du Canada, le nouveau corps policier, vienne se réinstaller à Fort Walsh pour y entreprendre l’élevage de leurs grands chevaux noirs. Ils sont destinés à former la cavalerie du Carrousel, présentant un spectacle équestre héritier des prouesses des cavaliers des débuts.

Les écuries de la ferme d’élevage permettant d’imaginer ce que devait être Fort Walsh à l’origine.

En 1986, c’est finalement Parcs Canada qui reprend les installations de le GRC. Les fouilles archéologiques permirent d’identifier le tracé de la palissade d’origine, ainsi que 46 bâtiments aux attributions précises. Les constructions en rondins, sans être des reconstitutions exactes respectent le style et les matériaux du premier fort.

Les quartiers de vie ont été réaménagés tels qu’ils étaient à l’origine afin de montrer les conditions assez spartiates que devaient endurer les policiers.

Les autres aspects de la vie au fort sont également présentés, comme le bureau du Commissaire chargé de négocier les traités avec les Premières Nations.

Fort Walsh comptait aussi différents ateliers permettant d’assurer son autonomie.

Fort Walsh peut se visiter pendant les mois d’été. Comme souvent au Canada sur les lieux historiques, des guides en costume animent le site. A certaines heures de la journée, les guides se transforment même en acteurs et présentent une visite théâtralisée du fort, reconstituant des scènes historiques ou des moments du quotidien, comme le vol d’une casserole.

Que ceux que ce type de visite irrite soient rassurés, il reste possible de s’extirper de la grappe humaine suivant les péripéties pour partir explorer le fort à sa guise.

Que les familles soient prévenues, en arrivant à Fort Walsh, les enfants sont enrôlés immédiatement, un uniforme leur est fourni ainsi que des armes factices. La visite leur laissera un souvenir sûrement plus marquant.

Fort Walsh se situe dans le Parc Interprovincial de Cypress Hills, offrant aussi de nombreuses activités de plein air.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur la Saskatchewan :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s