Fuerte San Lorenzo

(continue in English) – Publié : 29 octobre 2020

Depuis 1601, le fort San Lorenzo garde l’entrée du rio Chagres. En combinaison avec Portobelo, le fort participait à la défense de la côte Caraïbe du Panama. Avant la construction du canal, la rivière donnait un accès navigable au grand lac Chagres à l’intérieur des terres, menant à mi-chemin de la ville de Panama. Passer par là permettrait de prendre la ville à revers.

Situé sur une falaise, le fort domine d’un côté le littoral et de l’autre il prend en enfilade toute l’embouchure de la rivière, rendant sa navigation périlleuse sous le feu des canons. Plusieurs batteries sont donc disposées pour garder ces deux façades navigables.

En 1670, le pirate Henry Morgan tenta avec succès de s’emparer du fort afin de pouvoir ensuite attaquer Panama City par voie terrestre. En conséquence les défenses du fort furent renforcées, notamment pour le protéger d’une attaque terrestre.

Les fossés furent creusés plus profondément sur la partie ne donnant pas sur les falaises.

Un bâtiment d’enceinte fut également construit, augmentant la hauteur du mur de défense vers l’extérieur.

Un élégant pavillon d’entrée fut même ajouté à la nouvelle fortification. Aujourd’hui, un décor apprécié des habitants pour leurs photos de célébration.

Sur le plateau, les anciens baraquements ont mal résisté au temps.

Des travaux de consolidation ont heureusement été réalisés pour stabiliser la structure du fort, cependant l’entretien quotidien semble assez négligent. Négligence qui peut s’illustrer avec ces canons vieux de plusieurs siècles, laissés couchés dans l’herbe plutôt que de rejoindre la présentation du fort.

Le fort San Lorenzo a été réutilisé par les Américains pour la défense du Canal de Panama. De 1916 à 1999, les Etats-Unis avaient donc installé un système de défense, tout en assurant la préservation du fort.

En même temps que Portobelo, San Lorenzo a été inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1980. Après le départ des Américains, les autorités du Panama ont placé sous protection la forêt entourant le fort, mais dès 2012 le site a été déclaré en péril.

La côte caraïbe entre Portobelo et San Lorenzo offre une allure plaisante mais le tourisme y est peu développé. Les visiteurs de la côte atlantique se rendent surtout sur les îles. Pour accéder au fort San Lorenzo, il faut traverser un parc naturel protégé, où les Américains auraient laissé quelques mines.

Sheridan

De 1903 à 1999 les Etats Unis ont directement administré le Canal de Panama et une zone de 8 kilomètres, 5 miles, de chaque côté fut placée sous leur contrôle, ainsi que l’extension vers le fort San Lorenzo.

Jusqu’à 100.000 Américains habitèrent dans cette zone protégée. Sheridan était l’un de ces villages construits pour les Américains au bord du Canal. Depuis leur départ, les maisons sont à l’abandon et présentent leurs murs éventrés aux voyageurs en route pour le fort San Lorenzo.

A l’époque de mon voyage le long de la côte caraïbe du Panama, en 2017, la traversée du Canal se faisait encore en ferry. Le pont de l’Atlantique était alors en construction. Depuis son achèvement l’accès à cette rive est facilité et pourrait entrainer une fréquentation accrue du fort San Lorenzo.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

 

Articles sur le Panama :

Le Canal, Panama

Panama City : Top 10

Le canal bien sûr, à en oublier le pays et la ville homonymes. Pourtant la capitale de ce petit pays coupé en deux par le canal possède une histoire bien plus ancienne que la célèbre voie maritime. On retrouve les marques de ce passé éparpillées dans une agglomération un peu intimidante pour le visiteur. Il faut savoir ce que l’on veut visiter et s’organiser en conséquence.

Portobelo, le coffre-fort espagnol

Portobelo sur la côte atlantique du Panama a servi de coffre-fort aux Espagnols pendant les premiers temps de la colonisation, lorsque l’idée dominante était d’extraire le plus d’or et d’argent possible et de les convoyer vers l’Espagne. Toutes les ressources collectées au sud passaient par Lima puis traversaient l’isthme par voie terrestre et se réembarquaient à Portobelo.

Portobelo, Panama
Entrée du fort San Lorenzo, Panama

Fuerte San Lorenzo

Depuis 1601, le fort San Lorenzo garde l’entrée du rio Chagres. En combinaison avec Portobelo, le fort participait à la défense de la côte Caraïbe du Panama.

Boquete et son café

L’altitude procure à Boquete une agréable température constante toute l’année. Tirant profit de cette particularité climatique, de nombreux occidentaux s’y sont installés depuis longtemps, notamment pour créer des plantations de café.

Boquete, Panama
Bocas del Toro, Panama

Bocas del Toro

Bocas del Toro est la version caraïbéenne la plus aboutie du Panama. Il s’agit d’un archipel d’une dizaine d’îles situées à faible distance du littoral, soit à une demi-heure de water-taxi au large de la côte atlantique. Autrefois il s’agissait d’un port bananier, bousculé par les crises que traversa l’exploitation de ce fruit, il a su se reconvertir en gardant son caractère et sans se livrer au bétonnage.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s