Dempster Highway

(continue in English) – Publié : 11 novembre 2020

Dempster Highway c’est un peu le pot de confiture sur l’étagère du haut. On a beau savoir qu’il y a interdiction d’y toucher, la tentation devient la plus forte.

L’étagère du haut, car en regardant la carte du Yukon, Dempster Highway se trouve en haut à droite, bon, mettons au nord-est du territoire, s’enfonçant ensuite dans les Territoires du Nord-Ouest pour finalement rejoindre l’océan Arctique.

L’interdiction, car la plupart des voitures louées n’ont pas le droit de rouler sur cette route, plus exactement le contrat d’assurance imposé aux clients ne couvre pas cette portion du réseau routier, les laissant seuls responsables des incidents, même si la chaussée n’est pas en cause.

A l’embranchement à partir de la Klondike Highway, à 40 kilomètres, 25 miles, au sud de Dawson, il y a une dernière station services où faire le plein. Un peu plus loin, un panneau annonce que les prochains services se trouvent à … 370 kilomètres, 230 miles, ce qui correspond à la distance pour atteindre Eagle Plains, ce sera le premier lieu habité où se ravitailler.

Au total Dempster Highway est une route de 740 kilomètres, 460 miles, entre Dawson City au Yukon et Inuvik dans les Territoires du Nord-Ouest, en passant aussi par Fort McPherson et Tsiigehtchic. Une extension récente mène désormais à Tuktoyaktuk en rajoutant 138 kilomètres, 86 miles.

Décidée en 1958, la construction de la route était principalement motivée par l’exploitation des gisements énergétiques. Le dernier tronçon de la route ne fut cependant achevé qu’en 2017.

La chaussée prend la forme d’un remblai de gravier afin d’éviter que la circulation automobile favorise le réchauffement du sous-sol gelé, le pergélisol. A défaut la route s’enfoncerait progressivement dans le sol demandant un effort d’entretien bien plus considérable.

Comme il y a peu d’hôtels sur la route, de nombreux voyageurs viennent avec leur propre logement. En période estivale on y rencontre de nombreux RV (Recreational Vehicle) camping-cars et caravanes. Initialement motivée par le pétrole, Dempster Highway devient une activité touristique attirant de nombreux voyageurs, curieux des vastes paysages du nord et du soleil de minuit, sans compter le petit frisson d’aventure sur une route hors normes.

Après 70 kilomètres, 43 miles, Dempster Highway arrive au centre d’interprétation du parc territorial Tombstone. Le parc a été créé en 2000 pour protéger 2.200 kilomètres carrés, 850 miles carrés, de possibles développements économiques. Les Premières Nations ont été associées à la création et à la gestion du parc.

Le bâtiment d’accueil contient quelques panneaux d’information sur la faune et la flore, une impression de déjà-vu. Il y a sur site un petit terrain de camping équipé. Il sert surtout de point de départ aux randonnées dans le parc, avec notamment trois campings dans la nature.

Dempster Highway traverse le parc territorial Tombstone permettant de profiter de ses paysages majestueux restés intacts, l’impact humain se limitant à la route de terre.

Plus au nord l’altitude dépasse la limite des arbres, ensuite ce sera la toundra jusqu’à l’océan Arctique. Au sud, les arbres sont encore bien présents, bien que tendant vers des tailles de plus en plus rabougries. La fine silhouette de l’épinette, à l’allure vaguement humaine, se retrouve partout, comme des foules assemblées le long de la route.

Dans les dépressions, les castors sont actifs, leurs barrages étendent les zones humides qui serviront également aux autres espèces pour venir se nourrir, notamment les orignaux.

Petite distraction sur une longue route, le passage des rivières qui procurent une perspective différente sur le paysage. Le pont de bois ajoute une touche de rusticité.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur le Yukon :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

12 commentaires

    • Le territoire du Yukon est intéressant à visiter sous plusieurs aspects, non seulement pour la nature encore à l’état brut, mais aussi pour tous les vestiges du passé, pas si ancien, qui permettent de se faire une idée de la vie des pionniers qui ont construit le Canada. Les structures de tourisme sont déjà bien organisées, tout en respectant la nature.

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s