Fort Smith, la capitale perdue

(continue in English) – Publié : 5 décembre 2020

En quittant Hay River, il faut prendre la Route 5 et rouler 270 kilomètres, 170 miles, sans voir aucune habitation pour se rendre à Fort Smith. Une longue route monotone surveillée par deux rangées de sapins comme le nord en produit beaucoup. Il y a cependant la distraction de traverser le Parc national des Bisons des Bois, parfois certaines de ces grosses bêtes se laissant voir entre les arbres.

Fort Smith se trouvait idéalement situé sur la berge de la rivière des Esclaves au niveau de rapides infranchissables par les bateaux. Même les Premières Nations établirent un chemin de portage aboutissant à l’actuel emplacement de Fort Smith pour contourner les rapides. En 1874, la Compagnie de la Baie d’Hudson construisit à Fort Smith un avant-poste pour le commerce des fourrures.

Peu après le commerce des fourrures vinrent les missionnaires. Dès 1876 une mission catholique développa ses activités. Saint Joseph, la cathédrale catholique de la région date de 1960. Sur le modèle des Catholiques, l’Eglise anglicane établit une mission en 1934 et construisit l’église actuelle en 1936.

Fort Fitzgerald

Au-delà de Fort Smith, la route se donne l’illusion de continuer, pourtant le macadam laisse vite la place au gravier et au bout de 15 kilomètres, 10 miles, elle finit dans une grande prairie au bord de la rivière des Esclaves, l’emplacement de Fort Fitzgerald. Autrefois c’est là que les bateaux déchargeaient leur cargaison avant les rapides infranchissables. Là commençait le portage jusqu’à Fort Smith pour embarquer sur un autre bateau et continuer le voyage par le Grand Lac des Esclaves et le fleuve MacKenzie.

Par cette voie d’eau on pouvait atteindre de nombreux villages autochtones, puis les postes de traite et les missions dispersées sur un immense territoire. La paire Fort Fitzgerald et Fort Smith occupait donc une place de choix dans cette organisation.

Rivière des Esclaves au lieu de débarquement et chemin de portage :

Cela dura jusqu’à l’arrivée du chemin de fer à Hay River en 1964, le rôle de Fort Smith déclina alors rapidement. Quant à Fort Fitzgerald, il n’en reste rien, sinon quelques activités organisées par les Premières Nations.

Fort Smith Mission

En 1876, l’Eglise Catholique établit une mission à Fort Smith. Tirant profit de sa situation privilégiée sur la route des communautés plus au nord, jusque dans les régions arctiques. La mission se développa tant, que l’évêque y établit sa résidence en 1926. La modeste église saint Isidore construite en 1923 devint alors cathédrale. Depuis sa résidence, l’évêque administrait les missions dans tout l’ouest de l’Arctique.

Plusieurs bâtiments montrent la diversité des activités de la mission de Fort Smith servant de soutien aux missions catholiques dans les villages de l’Arctique. La mission de Fort Smith disposait d’un hôpital, d’une école, de champs pour les récoltes et le bétail, d’ateliers, d’entrepôts et même d’un terrain d’aviation. La nourriture était ensuite conditionnée et distribuée dans les missions qui en avaient besoin.

Pendant des années les frères Oblat et les Sœurs Grises venus servir les missions au nord ont vu Fort Smith comme une base arrière. Une fois devenu trop âgés ou malades pour continuer à vivre dans les conditions précaires des villages isolés, ceux qui souhaitaient rester dans le nord étaient accueillis à Fort Smith pour le restant de leurs jours. Cette grotte fut construite tout particulièrement pour l’usage des retraités.

Au début du 20ème siècle, la mission catholique occupait 60 hectares, 160 acres, pour ses différentes activités. Les mêmes dispositions existaient pour la Compagnie de la Baie d’Hudson et pour l’administration fédérale. Ces trois institutions complémentaires, parfois rivales, avaient fait de Fort Smith leur base principale pour la région, comme les prémices d’une capitale en devenir. Mais en 1967, Yellowknife est choisie à la place.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur les Territoires du Nord-Ouest :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

4 commentaires

  1. Super article! Il est sympa de découvrir une autre partie du Canada, hors de la ville industrielle…l’histoire du fort Smith, du fort Fitzgerald est riche, et pour apprendre le passé colonial et sauvage. Merci bien pour le partage.

    Aimé par 1 personne

    • Merci Rebecca pour ton commentaire positif. Les petites villes comme Fort Smith, perdues dans l’immensité canadienne semblent assez anecdotiques à côté des grandes villes d’aujourd’hui, mais leur aspect contemporain ressemble encore à ce que ces grandes villes étaient il n’y a pas si longtemps.

      Aimé par 1 personne

Répondre à Lookoom Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s