Les chullpas de Sillustani

(continue in English) – Publié: 24 avril 2021

Dans le sud du Pérou, près du lac Titicaca, à l’approche de la Bolivie, Sillustani se situe sur un plateau entouré de trois côtés par le lac Umayo. Le site est aujourd’hui intégré dans un paysage agricole ayant même établi des terrasses sur ses flancs. Sillustani est le site d’une ancienne civilisation ayant laissé d’énigmatiques chullpas, des sépultures collectives en forme de tour.

Le peuple Qolla, ou Aymara, s’est installé dans la région du lac Titicaca à partir de 200 ans avant JC, repoussant et marginalisant les peuples Pukara et Uro, les précédents occupants des lieux. Plusieurs centres de pouvoir prennent successivement l’ascendant sur la région, comme Tiwanaku situé en Bolivie. Les Qollas seront à leur tour conquis par les Incas autour du 15ème siècle.

La pratique de conserver les momies des défunts dans des tours appelées chullpas est assez répandue dans l’aire contrôlée par les Aymaras. Ailleurs ces tours sont pourtant généralement de construction moins élaborée et ont souffert du temps, sans compter les pilleurs de tombe à toutes les époques.

Les chullpas les plus remarquables sont constituées de gros blocs de pierres parfaitement taillés et ajustés. L’intérieur étant rempli de pierres et de terre mêlées, plus ou moins liées. Cette technique d’assemblage passera ensuite aux Incas qui la perfectionneront dans la construction d’édifices plus complexes.

Les archéologues ont trouvé la plupart des chullpas en mauvais état et en partie détruites. Ils en ont remonté certaines afin que l’on puisse se représenter leur taille, jusqu’à une douzaine de mètres. On perçoit aussi la diversité des modes de construction, établissant que le site fut utilisé sur une longue période.

L’ouverture très étroite se situe à la base de la construction, elle est toujours tournée vers l’est, du côté du soleil levant. On y pénétrait en rampant et les défunts suivants étaient introduits de la sorte avant d’être placés en position fœtale enveloppés de linceuls et accompagnés d‘offrandes.

Au milieu de ces chullpas rondes, se trouve la base d’une construction rectangulaire inachevée. On y reconnait l’étroite entrée au ras du sol, peut-être s’agissait-il d’un temple plutôt que d’une sépulture.

Les archéologues ont également eu la surprise d’identifier une chullpa inachevée et en cours de construction. Une rampe faite de cailloux amassés permettait de glisser progressivement les blocs de pierre taillés à la bonne hauteur, là ils étaient positionnés du bon côté. On peut s’interroger sur la nature de l’évènement si bouleversant qu’il interrompit brutalement cette construction, pourtant menée avec tant de soins et dont la signification était partagée par la communauté.

A proximité on a aussi retrouvé les blocs en attente de composer la suite de l’édifice.

Il y a peu de décorations sur les chullpas, au mieux quelques pierres formant une frise en relief et quelques sculptures ébauchées. On trouve cependant des pétroglyphes sans que leurs signification et destination soient très claires.

Plusieurs des principales chullpas sont positionnées près des rebords du plateau, comme pour mieux profiter du paysage qui s’y déploie. L’altitude atteint tout de même 4000 mètres, 13.100 pieds, avec en contrebas le lac et dans le lointain on aperçoit les Andes au-delà des ondulations de l’Altiplano.

Dans le lac une île possède une jolie forme avec un sommet presque parfaitement plat. Cette disposition naturelle assez rare aura probablement attiré l’attention des peuples anciens, mais il n’est pas fait mention d’un quelconque usage.

Si le site funéraire de Sillustani constitua une source intéressante d’informations pour mieux comprendre les civilisations anciennes qui se sont succédées dans la région, son aspect monumental composé de formes inhabituelles demeure aussi attrayant pour le visiteur. Depuis le peuple Pukara dès le 8ème avant JC et les Incas au 16ème siècle, le site fut utilisé à plusieurs reprises, laissant des structures assez disparates.

Le site funéraire de Sillustani se trouve à une vingtaine de kilomètres, 13 miles, de Puno, cela peut être le but d’une excursion pour une demi-journée depuis cette ville, ou un léger détour sur la route d’Arequipa.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur le Pérou :

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

8 commentaires

  1. Quand j’ai visité les îles de Pâques, j’ai vu des structures similaires comme celles dans cet article– en fait, le guide ont dit que ces structures ont le lien à celles au Pérou, mais on ne sait pas comment il s’est passé…mais en tout cas, c’est un site fascinant et il est remarquable que les ancestres l’ont fait sans ciment ou des autres matériaux collants!

    Aimé par 1 personne

    • Tu fais référence à l’ahu Vinapu qui est construit avec de grosses pierres parfaitement juxtaposées ce qui demande une bonne technique. Je suis partisan du contact unique, une embarcation arrivée par hasard, dont les membres auraient pu utiliser leur savoir faire avant d’être exterminés ou assimilés sans transmettre leur technique.

      Aimé par 1 personne

  2. We missed these when we were in Puno, too bad, it looks interesting.We did visit a different burial near Nazca, but it was much different than this one.I find it fascinating that they were so close (by our standards), but had such different customs. Maggie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s