Soho, le quartier chic de Buenos Aires

(continue in English) – Dernière mise à jour : 12 juin 2022

L’agglomération de Buenos Aires compte 12 millions d’habitants. La capitale argentine est divisée en 48 quartiers, disposant d’une certaine identité administrative. Parlermo forme le quartier le plus vaste, en grande partie résidentiel. Sa population aisée y a créé un cadre de vie agréable.

Au sein de Palermo, Soho forme la partie la plus plaisante où l’on vient flâner, faire les boutiques et prendre un verre. De nombreux résidents étrangers s’y sont établis pour des durées variables, favorisant une ambiance cosmopolite où les voyageurs de passage trouvent facilement leur place.

Soho se compose principalement de maisons d’un ou deux étages, laissant les immeubles sur ses lisières. Les rues forment un quadrillage de voies en sens unique, sauf pour les vélos disposant de leurs couloirs à double sens.

Les rues sont ombragées par de grands arbres variant les espèces.

Le centre névralgique de Soho se trouve sur la Plaza Julio Cortázar, que tout le monde appelle encore Plaza Serrano. Là, les terrasses de café peuvent se répandre sans le dérangement de la circulation repoussée sur deux de ses côtés seulement.

Sur une partie de la place Serrano et dans les rues adjacentes, le weekend un marché artisanal déploie ses stands, favorisant un côté bohème bien en accord avec la population locale.

A l’écart de la circulation des rues principales, il existe de petites ruelles transversales qui les relient. C’est là que la vie de quartier a trouvé un refuge paisible. Les voisins y installent leur chaises, des groupes d’amis viennent s’assoir sur un trottoir, ils échappent ainsi à la pression commerciale des terrasses de café.

C’est aussi dans ces rues transversales que le street-art s’est épanoui, entrainant dans son sillage tous ceux souhaitant se faire photographier devant ces décorations murales le plus souvent éphémères.

Les petites maisons de Soho datent pour la plupart des années 1930 et 1940, dans un style européen Art-Déco. Il y a une forte tendance à recouvrir les façades de peintures inspirées du street art, comme pour se prémunir des graffitis. De grandes faces peintes sur les murs suivent les passants du regard.

Le surnom de Soho donné à cette partie de Palermo est emprunté à Londres et New York où des quartiers homonymes sont peuplés de boutiques chics et tendances. On y retrouve ce mélange de sophistication et de décontraction.

Ailleurs dans Palermo il existe des galeries commerciales ou des grands magasins, ici ce sont de petites boutiques, tirant parti de l’architecture ancienne revisitée avec une touche contemporaine

Avec la législation obligeant les coins de rue à être disposé de manière octogonale, cela élargi les intersections qui deviennent de mini-placettes attrayantes. La cuisine argentine est basée sur la viande mais s’ouvre aussi à d’autres horizons, à la belle saison l’important ce sont les terrasses.

Mais ce qu’il ne faut pas manquer, ce sont les maitres glaciers qui mettent leurs talents au service d’une clientèle connaisseuse. Que ce soit la dulce de leche ou les fruits tropicaux, les saveurs sont puissantes. Il faut essayer la maracuyá.

Lucciano est l’un de ces glaciers artisanaux de Soho offrant des glaces de qualité. A côté Freddo est une chaine de glaciers que l’on retrouve à travers l’Argentine et même dans quelques autres pays.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Articles sur l’Argentine :

Voyage en Argentine

L’Argentine est le huitième plus vaste pays du monde, cela en fait de l’espace pour le Voyageur. Inévitablement les dimensions apportent de la diversité, des côtes de l’Atlantique aux sommets de la Cordillère des Andes, des canicules tropicales du nord aux frissons polaires de la Terre de Feu.

Buenos Aires : Top 10

BA en plus court, une ville de 48 quartiers. On y sent une ambiance européenne marquée, dans l’architecture et les références culturelles. Il y flotte cependant l’exotisme apporté par la distance, où tout a dû être adapté et réinterprété.

Soho, le quartier chic de Buenos Aires

Soho est le quartier pour flâner, faire les boutiques et prendre un verre. De nombreux résidents étrangers s’y sont établis pour des durées variables, favorisant une ambiance cosmopolite où les voyageurs de passage trouvent facilement leur place.

San Antonio de Areco

A 110 kilomètres, 70 miles, au nord-ouest de Buenos Aires. Cette petite ville ancienne et prospère de 23.000 habitants est réputée pour avoir conservé les traditions rurales ancestrales et notamment celles des Gauchos, ces cowboys des plaines de la Pampa.

Ushuaia : Top 10

La ville la plus australe du monde, capitale de la Terre de Feu. Fondée en 1884, ce fut longtemps une colonie pénitentiaire puis une base navale. Avec le développement du tourosme, c’est surtout une bonne base pour visiter ce qui se trouve autour.

Rencontre avec les manchots de la Terre-de-Feu

Près d’Ushuaia, des miliers de couples de manchots se retrouvent chaque été pour la reproduction avant de repartir vers des eaux plus chaudes afin de se nourrir pendant l’hiver austral. Plusieurs espèces se côtoient sur la même aire de reproduction.

Estancia Harberton

Il s’agit de la première estancia à s’être installée en Terre de Feu du côté argentin, créée par le missionnaire anglican Thomas Bridges. L’habitation fut envoyée en pièces détachées depuis l’Angleterre et assemblée sur place.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

 

13 commentaires

  1. J’aime bien visiter l’Argentine un jour, et j’imagine qu’une promenade à Soho serait romantique et très classe! Le quartier a l’air vivant, mais aussi décontracté, et pour prendre un verre sur la terrasse ou commander de la glace (surtout le goût maracuyá, ou « passion fruit »), ça serait le rêve. J’ai trop hâte de lire plus de tes articles de l’Argentine, peut-être bientôt!

    Aimé par 1 personne

    • Soho est mon quartier préféré de BA, c’est lui qui m’a fait aimer la ville que je trouvais juste assez intéressante pour une visite mais pas pour un séjour. Pour moi la maracuyá en Amérique tropicale a un goût plus puissant que les fruits de la passion commercialisés au Nord.

      Aimé par 1 personne

  2. Wow, just look at all the street art! One of the reason why I love street art – it’s because it’s fun, cool and does not take formal training. Although many see graffiti and street art as vandalism; a bit of rebellion is something we should champion as a society. Somebody has to question the status quo – or we’ll grow stagnant. Thanks for sharing and have a lovely day. Aiva 🙂

    Aimé par 1 personne

    • I agree with you about the need to rebel and challenge society; as a spectator I also like to see beautiful and inspiring paintings but from the owner’s point of view it can be seen as a degradation and in the end a depreciation of his property. I prefer rebels to vote than to make graffiti.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s