Luxembourg : Lëtzebuerg City Museum, l’histoire

(continue in English) – Publié : 7 novembre 2021

Lëtzebuerg City Museum, Luxembourg

Le musée

Lëtzebuerg City Museum, le musée d’histoire de la ville de Luxembourg est installé au cœur de la vieille ville, en regroupant plusieurs maisons dont les fondations anciennes s’appuyaient sur la roche, elles servirent de base à des constructions plus récentes.

Les visiteurs sont tout d’abord invités à se rendre au plus bas niveau pour découvrir les fondations où sont présentés les artefacts les plus anciens. Puis la remontée s’effectue progressivement à mesure que le temps défile.

Le parcours muséal s’étend sur six niveaux, les plus élevés étant consacrés à des expositions temporaires. Revenu au niveau de la rue, le décor des pièce d’apparat a été préservé mais l’espace est utilisé hors de ce contexte.

Le musée occupe plusieurs maisons accrochées sur la crête de la corniche qui plonge vers le Grund traversé par la vallée de l’Alzette. De la terrasse, on peut avoir une belle vue sur les toits des maisons autrefois occupées par des tanneurs.

Les premiers temps du Luxembourg

L’existence de Luxembourg est attestée en 963, lorsque le Comte Sigefroi en prend possession. Il renforce la tour fortifiée qui existait déjà, désireux d’en faire la place forte de ses différentes terres éparpillées entre la Meuse et la Moselle.

Progressivement une bourgade se rassemble autour du château, on en retrouve les traces dans les fouilles archéologiques.

En 1244 les habitants de la ville sont affranchis, libérés des contraintes du servage qui les assujettissait à leur seigneur féodal. Dès lors l’artisanat se développe avec la production de drap, de cuir et de tissage de laine.

En 1340 une foire annuelle est créée, la Schueberfouer qui existe toujours en août. Cela augmente le rayonnement de la ville et ses ressources financières, utilisées notamment pour renforcer les fortifications.

Plusieurs ordres religieux viennent s’établir à Luxembourg. Ils favorisent l’instruction et les soins à la population. Ils encouragent aussi la production artistique avec leurs commandes pour décorer les églises et les monastères.

Dans les périodes de troubles religieux avec le développement de la Réforme dans la région, Luxembourg restera fidèle au catholicisme. Les nombreux établissements religieux seront un facteur de stabilité.

Les tribulations du Luxembourg

Avec le jeu des mariages et des héritages, Luxembourg vient s’agréger aux nombreuses possessions des ducs de Bourgogne puis des Habsbourgs. C’est ainsi que Charles Quint (1500-1558) détient la Bourgogne, le Luxembourg, les Pays-Bas incluant la Belgique, l’Espagne, une partie de l’Italie et reçoit le titre d’empereur d’Allemagne. Sans compter l’empire colonial en Amérique qui finance ce grand ensemble.

Le Luxembourg est alors administré par un gouverneur, ainsi Pierre de Mansfeld sera en place de 1545 à 1604.

Par la suite le Luxembourg est associé durablement au sort des Pays-Bas et de la Belgique. Contrôlés par les Espagnols puis par les Autrichiens et enfin par les Prussiens. Mais à plusieurs reprises les Français s’en emparent provisoirement avec Louis XIV (1684) puis les Révolutionnaires (1795) et enfin Napoléon.

Luxembourg se trouve sur la ligne de partage entre les influences francophone et germanophone, mais les raisons des convoitises tiennent surtout à la puissance des fortifications de la ville. En plus du site naturellement protégé, Vauban y avait appliqué les meilleures connaissances au temps de Louis XIV. Les Prussiens renforcèrent encore le dispositif. Afin de réduire les risques de conflit, les grandes puissances décidèrent en 1867 d’en faire un pays neutre et par conséquent de démanteler les ouvrages de défense protégeant Luxembourg.

Le temps des Grands Ducs

En 1815 lors du Congrès de Vienne remettant de l’ordre en Europe après l’épopée napoléonienne, le Luxembourg et la Belgique sont replacés sous le contrôle des Pays-Bas, dont le roi est également grand-duc de Luxembourg.

En 1830 lorsque la Belgique se rebelle contre les Pays-Bas et obtient son indépendance, le Luxembourg se joint à la rébellion. Lors de l’établissement des frontières en 1839, la partie francophone du Luxembourg est constituée en province belge, alors que la partie germanophone devient indépendante et conserve le roi des Pays-Bas comme souverain. En 1848 la constitution établit un régime parlementaire.

En 1890 le roi des Pays-Bas meurt laissant seulement une fille qui devient reine des Pays-Bas. Mais la loi salique continuant de s’appliquer au Luxembourg, le grand-duché revient à son cousin le grand-duc Adolphe, ancêtre du grand-duc actuel.

Le temps des guerres

En 1914, l’Allemagne occupe militairement le Luxembourg, pays neutre privé des moyens de se défendre. Les autorités restent cependant en place, continuant d’administrer le pays. Il y aura peu de dommages de guerre, principalement un fort ralentissement économique et des difficultés sociales dues au rationnement. Les Allemands évacueront après l’armistice signée en novembre 1918.

En 1940, l’invasion allemande se renouvelle, toujours en violation de la neutralité du pays. Cette fois les Nazis annexent le Luxembourg et les autorités partent en exil à Londres et au Canada. Elles ne reviendront qu’après la libération par les troupes américaines en septembre 1944, combats et destructions endeuillèrent cette triste période.

La conséquence de ces conflits sera de pousser les pays européens à mieux s’entendre. Le Luxembourg y sera le premier intéressé, participant au Benelux dès 1944, à l’OTAN en 1948, à la CECA en 1952 et bien sûr à la Communauté économique européenne en 1957, la ville espérant alors en devenir la capitale.

Ces ententes internationales favoriseront l’expansion de l’économie.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).


Articles sur le Benelux

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

10 commentaires

    • Thank you for your interest. The city of Luxembourg is quite representative of many European cities, they have passed through all these historical strata, from Antiquity to the current states. The museum is a good visit on a rainy day.

      Aimé par 1 personne

  1. What a lovely post! Despite its small size, Luxembourg is home to a huge array of stunning scenery, quaint towns and peaceful villages. We were planning to visit during our rail trip around Europe a few years ago but never ended up going. I would love to explore it one day, especially to see the tree-lined Lake Esch-sur-Sûre and the desolate, red-earthed landscapes of the south. Thanks for sharing, and have a nice day 🙂 Aiva

    Aimé par 1 personne

    • Most European cities have gone through all these historical strata, from antiquity to the present day states. A quick summary is not easy and is necessarily simplifying. Thank you for your interest.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s