Mykonos

(continue in English) – Publié : 5 février 2022

Kato Myli, Mykonos

Soleil, loisir, luxe, les clichés attachés à Mykonos.

On ne vient pas à Mykonos pour s’intéresser à l’histoire. Et puis ça ressemble au reste de la Grèce. L’Antiquité, la domination italienne, l’occupation ottomane, l’indépendance et puis le tourisme.

Mykonos est l’un des points de la terre à qui le tourisme donne une raison d’être, une célébrité. Car l’endroit n’est pas grand, la terre est aride, il n’y a pas de monuments ou de sites anciens, autant de soleil que dans les îles voisines, et pourtant Mykonos.

A 180 kilomètres, 111 miles, au sud d’Athènes, à quelques heures de ferry ou à un saut d’avion, les 10.000 résidents locaux reçoivent 400.000 visiteurs par an. Les chiffres fluctuent mais les proportions disent quelque chose de la formidable machine touristique brassant les millions.

Les moulins

A la sortie du bourg, sur une crête dominant la petite rade, six moulins sont alignés depuis le 16ème siècle à Kato Myli. Il fut un temps où le blé importé d’Ukraine y donnait de la farine, transformée en pain et en biscuit, exportés aux alentours.

Il y a des moulins dans toutes les îles, à Mykonos ce sont des icones. On y vient pour les couchers de soleil quand les derniers rayons se prennent dans les ailes. Sous leur toit de chaume, les vieux moulins sont transformés en boutique ou en logement.

Mykonos Chora

De la colline de Kato Myli, on devine la petite ville tenant lieu de capitale à l’île. Le blanc domine, quelques taches de bleu, un ou deux étages, ici pas de grands ensembles, l’impression d’une petite ville d’autrefois.

Le front de mer est surnommée la Petite Venise, les premières maisons ouvrant directement sur l’eau. Balcons audacieusement suspendus au-dessus des flots joueurs.

Les églises

Il y a des églises partout, des chapelles plutôt, modestes et trapues, chaulées de blanc, avec leur clocheton où pendent des cloches muettes.

Près du port, l’église Panagias Paraportiani est à fois la plus ancienne et la plus étrange. Elle se compose en fait de cinq chapelles construites depuis le 15ème siècle, elle est surmontée d’un petit dôme.

Les ruelles

Le labyrinthe des ruelles, toutes différentes mais tellement ressemblantes, offre au moins l’avantage de laisser les véhicules à moteur en dehors de la ville. Même vélos et trottinettes ne trouvent pas leur place dans l’étroitesse des passages.

Au sol les grandes plaques jointurées de blanc donne le sentiment d’un entretien manucuré. Les maisons sont proprettes, blanches de chaux réhaussées d’une pointe de couleur, en complément des bougainvilliers. Des escaliers de pierres rejoignent l’étage par l’extérieur.

Les boutiques

Il serait dommage de ne pas profiter de la présence de tant de portefeuilles et de cartes de crédit. Il faut donc s’attendre à une gamme complète de boutiques de souvenirs, mais aussi à des commerces plus luxueux, comme les bijouteries ou les galeries d’art.

A défaut d’acheter, cela distrait les yeux, notamment lorsque les soirées se prolongent à la faveur de la douceur revenue.

Les restaurants

Compte tenu de la qualité de la clientèle, on trouve de nombreux restaurants hauts de gamme pour sublimer la cuisine grecque ou apporter le meilleur des saveurs du monde.

Mais il y a aussi ces tables au hasard des rues ombreuses et ces terrasses invitantes pour profiter du moment, avec la mer comme panorama. Les soirées peuvent aussi se prolonger jusqu’à l’aurore, certains viennent pour ça.

Le port

Autrefois la pêche et le commerce ont fait la fortune des habitants. Aujourd’hui l’ancien port est trop modeste pour accueillir les gros ferries ou les paquebots, un nouveau port s’est installé à quelques encablures, laissant le quai aux promeneurs. Entre les deux ports, on peut prendre la navette du Seabus.

Les paquebots

Ce jour-là il y avait trois paquebots dans la rade. Toute la journée les navettes ont convoyé ces milliers de visiteurs supplémentaires dans une ville aux rues étroites. La saturation des endroits les plus visités crée vite un sentiment d’illégitimité de la part des visiteurs ayant payé leur séjour sur place. Les commerçants, eux, se satisfont de cet afflux de consommateurs.

Mykonos, Grèce

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).


Articles sur l’Europe du Sud

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit!).

2 commentaires

  1. Je ne suis jamais allée à Mykonos, mais j’ai entendu parler de cet endroit est hyper populaire, surtour pour les Instagrammeurs pour partir en vacances. Bien qu’il n’y ait pas aussi beaucoup de sites historiques que les autres îles en Grèce, Mykonos est joli quand même et pour les « vibes, » c’est les vacances tranquilles et décontractées.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s