Tikal, une superpuissance maya

(continue in English) – Dernière mise à jour : 1 avril 2022

Tikal, la vieille cité maya, vit isolée dans sa forêt au nord du Guatemala, en marge de l’agitation qui a pu secouer ce pays. Ces dernières années les progrès ont été spectaculaires dans la pacification de la société, apportant une sensible augmentation dans la fréquentation touristique.

J’ai visité Tikal depuis San Ignacio au Belize. La distance par la route ne dépasse guère 100 kilomètres, 60 miles, par une route de bonne qualité. Le passage de la frontière, quatre tampons de plus en fin de journée, ralentit un peu le processus dans les deux sens mais reste supportable. Il est de coutume de changer de véhicule et de chauffeur à la frontière.

Tikal est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.

Tikal a été habité de 900 av. J.-C. à 900 ap. J.-C. puis pendant un millénaire Tikal fut envahi par la jungle. On y accédait uniquement par des chemins de terre non carrossables prenant plusieurs jours. Ce n’est qu’au milieu du 20ème siècle que l’accès en fut facilité et le déblaiement des ruines progressivement réalisé. Dans un coin du site, il reste les carcasses des véhicules utilisés par les premières missions archéologiques.

Pendant plusieurs siècles, Tikal au sud et Teotihuacan au nord furent les superpuissances régionales du monde maya, multipliant les alliances, les conquêtes et parfois les défaites avec les cités rivales.

Au cœur de la cité se trouve la Grande Place entourée de temples et de palais. L’Acropole nord présente une superposition de structures incorporant successivement les bâtiments plus anciens.

Face à l’Acropole nord se trouvait le palais royal. Il se composait d’un complexe de petites pièces étroites. Les Mayas n’ayant pas inventé la clef de voûte, ils utilisaient soit des madriers de bois pour les ouvertures, soit la technique de la voûte en encorbellement pour les plafonds. Cela ne permettait pas de grands espaces intérieurs et alourdissait les édifices.

Le monument le plus célèbre de Tikal se dresse au bout de la Grande Place, il s’agit du temple du Gran Jaguar ou Temple I. Son accès est interdit au public, compte tenu de la pente de son escalier, cela est sûrement préférable.

Face au temple du Gran Jaguar, le Temple II se trouvant en vis-à-vis est plus modeste, mais il est possible de le gravir pour jouir d’une belle vue d’ensemble de la Grande Place. Une partie de la décoration qui ornait autrefois la crête du temple a pu être préservée.

De nombreux autres monuments appartenant à différentes époques sont disséminés sur un vaste périmètre. On remarque notamment plusieurs complexes de pyramides jumelles. Elles sont précédées de stèles et d’autels, généralement sources d’informations par leurs dédicaces liées à des évènements datés.

Une section a été surnommée « Le Monde Perdu » par les archéologues. Cette section contient des monuments remontant à la période la plus ancienne, bien avant notre ère, comme la Grande Pyramide estimée de 710 av. J.-C.

Le Temple IV datant de 741 ap. J.-C. est la plus haute structure de Tikal. De ses terrasses on domine la forêt équatoriale d’où émergent les crêtes des autres temples pyramides.

Au total 200 structures ont été identifiées à Tikal, cela illustre la prédominance régionale sur une longue période. Toutes les structures ne sont pas réhabilitées et de nombreux vestiges de moindre importance sont peu visités

Il y a par exemple ce bâtiment appelé le palais des Chauves-Souris, à défaut de mieux.

A l’arrière du temple du Gran Jaguar, un petit temple montre des motifs décoratifs rectangulaires typiques de Teotihuacan, la grande cité maya au nord de Mexico à plus de 1300 kilomètres, 800 miles, avec qui des relations étroites ont été entretenues. Il a même été établi qu’à une époque, un corps expéditionnaire venu du nord a conquis Tikal, fondant une nouvelle dynastie.

Tikal sera ma seule entrée au Guatemala pour le moment, en attendant un nouveau cycle de voyages en Amérique, ce pays attirant sera alors certainement une destination privilégiée. Je rêve notamment d’Antigua, l’ancienne capitale aux airs de belle endormie.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

6 commentaires

    • C’est assez extraordinaire de pouvoir marcher dans une cité telle qu’elle existait, ou à peu près, il y a mille ans. Imagine-t-on marcher dans Londres ou Paris de l’an mil. Je ne parle même pas d’Amérique du nord où il n’y avait pas de ville du tout.

      J’aime

  1. Je n’ai jamais visité Tikal, mais en fait, j’ai visité Antigua, une ville qui vaut la peine. Par contre, mes parents ont visité Tikal et leurs photos du temple Gran Jaguar (et le site, en général) sont très spectaculaires. J’ai envie d’y visiter un jour et pour découvrir plus du pays, le Guatemala.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s