Mystic Seaport (CT)

(continue in English) – Publié : 27 août 2022

Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis

Sur la côte du Connecticut, à l’écart des grandes villes, se trouve Mystic, un village tourné vers la mer depuis longtemps. En 1929, c’est là que fut créé un musée maritime destiné à préserver l’héritage maritime du 19ème siècle, celui-ci risquait d’être emporté par l’évolution des techniques.

Il y a une moyenne de 250.000 visiteurs par an, dont beaucoup viennent en bateau, s’amarrant directement aux quais du musée le temps de la visite.

Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis

Le village portuaire

Les maisons qui sont rassemblées autour des docks proviennent de différents ports de la côte de la Nouvelle Angleterre. Elles sont toutes authentiques et furent démontées puis reconstruites pour former un ensemble homogène. La plupart des activités nécessaires à la navigation sont représentées et font l’objet de démonstrations.

En plus des chantiers navals capables de construire et de réparer les bateaux; on trouve une voilerie et une corderie pour les équiper. Le tonnelier était aussi indispensable, il s’agissait du mode de conditionnement à la fois facile à manipuler et protecteur pour toutes sortes de marchandises, pas seulement les liquides. On y vendait les instruments de navigations et les chandelles pour s’éclairer.

Il fallait également des banques, des postes, des écoles et des églises, des imprimeurs pour les journaux, des locaux administratifs et bien sûr des tavernes. Tout cela se retrouve à Mystic, comme au 19ème siècle.

Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis
Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis
Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis
Mystic Seaport, Connecticut, Etats-Unis

Le Charles W. Morgan

Ce fut le dernier baleinier américain en bois en activité. Depuis son acquisition par le musée en 1941, c’est le navire le plus en vue de la flotte. Son intérieur se visite librement, quoique les aménagements pour le rendre visitable en ont certainement atténué la rusticité.

Construit à New Bedford au Massachussetts en 1841, il était alors l’un des 600 baleiniers américains chassant les baleines pour collecter l’huile nécessaire à toutes sortes d’usages, principalement l’éclairage. L’arrivée de l’électricité a certainement était un soulagement pour les baleines. Environ 70 baleines étaient tuées par campagne qui duraient autour de cinq ans. La trentaine d’hommes de l’équipage transformaient la graisse en huile directement sur le pont.

Le vieux trois-mâts entreprend parfois la tournée des ports américains où il rencontre un grand succès populaire.

Le Charles W. Morgan
Le Charles W. Morgan
Le Charles W. Morgan
Le Charles W. Morgan, la cabine du Capitaine
Le Charles W. Morgan, la cabine du Second
Le Charles W. Morgan, la cabine des officiers

Les autres bateaux

Le Joseph Conrad est l’autre grand trois-mâts amarré à proximité du Charles W. Morgan. Il fut construit à Copenhague en 1882 et servit comme navire école pendant 50 ans, formant 4000 cadets à la navigation dans les mers du nord. Devenu australien, puis américain, le navire fut donné au musée en 1947, il continue à former de jeunes marins.

Sur les quais plusieurs ateliers et abris à bateaux ont été rassemblés, portant parfois encore le nom de leur ancienne entreprise. Autour, plusieurs spécimens de bateaux montrent la diversité des embarcations, essentiellement tournées vers la pêche.

Le Joseph Conrad

L’Emma C. Berry de 1866, ce voilier de pêche était équipé d’un vivier, l’eau de mer entrait et sortait dans une partie de la soute.

Le Nellie de 1891 était spécialisé dans la pêche des huitres en milieu naturel. Pendant longtemps les moteurs furent interdits pour protéger la ressource.

Le Brilliant est une goélette de course construite à New York en 1932. Elle fit aussi la chasse aux sous-marins allemands pendant la guerre.

Le Roann de 1944 fut l’un des premiers chalutiers de pêche, utilisant un moteur pour se déplacer et manœuvrer un filet bien plus efficace que les hameçons.

Un musée vivant

Le Mystic Seaport n’est pas un rassemblement de vieilles maisons, il se veut un musée vivant où les anciennes techniques continuent d’être utilisées et d’où les bateaux prennent la mer en emportant les visiteurs. Il y a aussi une école de voile pour former les futurs marins et un phare fonctionnant comme dans tous les ports.

L’école de voile
Le phare de, Mystic Seaport

Les expositions

Capitalisant sur l’attrait de la mer auprès de ses visiteurs, Mystic Seaport a aussi rassemblé une importante bibliothèque spécialisée, comme par exemple ce qui a trait aux plans et à la conception des bateaux autrefois.

Des bâtiments adaptés ont également été conçus pour présenter des objets en rapport avec la mer. Il y a ainsi une collection de figures de proue dont la cambrure particulière apparait avec d’autant plus d’évidence que le reste du bateau n’est pas là. Une autre galerie montre des peintures marines de différents styles.

Il existe aussi un festival annuel de chant de marins.

Figures de proue
Figures de proue
Exposition de peintures
Exposition de peintures
Exposition de peintures

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).


Articles sur les Etats-Unis

Voyage aux Etats-Unis

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).


2 commentaires

  1. I was glad to read that this is a living museum, it makes it even more interesting and valuable. I would love walking around with my camera and photographing boats and the lovely houses of Mystic Harbour. So much work and thought has gone into creating this little haven, it looks like a remarkable place to visit. Great work in presenting it.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s