Les charmes d’Ipanema

(continue in English) – Publié : 25 janvier 2021

Parmi les plages de Rio de Janeiro, Ipanema compte parmi les plus réputées, un long croissant de sable faisant face au soleil toute la journée, venant buter sur la colline Morro Dois Irmãos, fermant la perspective au sud.

Sur les plages, des stands démontés tous les soirs louent toutes sortes de matériels et proposent de nombreux services.

Plusieurs sports sont activement pratiqués sur le sable, du traditionnel football au plus spécifique futevôlei, ainsi que le beach volley bien sûr. Malgré la chaleur, les terrains connaissent une occupation toute au long de la journée.

Longeant la plage, une promenade au carrelage distinctif, permet de se promener sans avoir à marcher sur le sable, tout en profitant du spectacle de la plage. Régulièrement des buvettes et leurs terrasses autorisent une halte à l’ombre des parasols.

Plusieurs postes de secouristes existent sur la plage, ils font figure de points de repère et certains disposent d’une réputation spécifique, le Posto 9 est ainsi considéré comme fréquenté par les progressistes. Les sauveteurs interviennent souvent, la force des rouleaux mettant les nageurs en difficulté.

Le dimanche, l’avenue côtière est fermée à la circulation automobile, laissant plus de place aux piétons mais aussi aux vélos.

Ce quartier de Rio, au sud de Copacabana, occupe une bande de terre entre l’océan et une lagune. A quelques kilomètres au large, on aperçoit les îles de l’archipel Cagarras, elles sont inhabitées et classées espace naturel par l’Etat.

Autrefois les eaux de la lagune Lagoa Rodrigo de Freitas étaient insalubres, elles sont aujourd’hui assainies. Si les locaux pêchent encore selon des méthodes traditionnelles, c’est surtout un lieu de loisir pour les habitants d’Ipanema, plus tranquille que la façade océanique.

Dans les rues plus tranquilles en retrait des grands axes, Ipanema conserve quelques villas familiales de bord de mer, à l’ombre des buildings modernes du front de mer.

Sur les trottoirs, on peut voir quelques vendeurs, mais leur nombre est limité en comparaison d’autres quartiers.

Sur la place du général Osório un marché se tient chaque matin, alors que les artistes et artisans s’y installent pendant le weekend. Initialement inspiré par des hippies, le nom racoleur est resté mais la marchandise vendue s’adresse principalement aux touristes.

Dans les rues plusieurs boutiques de luxe ou de prestige s’adressent à une population résidente aisée.

Ipanema est relié directement au centre-ville de Rio par le métro, climatisé et sécurisé. Sur des distances plus courtes, il existe un réseau de bus assez consistant, sachant qu’avec la densité urbaine et les barres rocheuses, l’usage de la voiture n’est pas facile.

Les œuvres de street art ne sont pas très nombreuses mais on en trouve.

 

La Fille d’Ipanema

La chanson La Fille d’Ipanema fut inspirée à Tom Jobim et Vinícius de Moraes par la scène observée depuis ce café en 1962. C’est devenu un succès international repris par de nombreux interprètes, cette chanson a fortement contribué à populariser la bossa nova et Ipanema.

En fin de journée le coucher de soleil vient mettre en lumière la colline Morro Dois Irmãos. Les habitués viennent passer ces derniers moments de la journée sur la plage et applaudissent au moment où le soleil disparait de l’horizon.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Autres articles sur le Brésil : 

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

9 commentaires

    • I used to shrink the Canadian winter with one or two trips to Latin America. This gave sunny prospects and more energy to get over the cold. Enjoy the snow it is always beautiful, on the first day 🙂

      J'aime

  1. Je ne suis jamais allée au Brésil, mais j’aimerais y visiter un jour. Mon père a grandi au Brésil (pas à Rio, mais à Sao Paulo) et alors, j’ai un peu « d’histoire » avec le Brésil comme ça. Un jour, peut-être; j’ai hâte de lire plus ce que tu publies de ce pays à l’Amérique du Sud!

    Aimé par 1 personne

  2. Je suppose que vivre à Sao Paulo c’est différent que de visiter la ville, mais je n’en garde pas un grand souvenir. En plus l’un de mes appareils photos s’est bloqué et j’avais oublié le chargeur de l’autre. Heureusement il y a la FNAC. Rio et Brasilia sont très différents, mais j’ai aimé les deux et je ne peux que les recommander.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s