Introduction à la Saskatchewan

(continue in English) – Publié : 4 septembre 2021

Cette province au nom difficile à mémoriser serait comme une terre cachée que les Canadiens gardent pour eux-mêmes. Peu de guides touristiques en décrivent les nombreuses curiosités qu’il faut débusquer au bout d’une piste de terre ou sur la berge d’un lac.

Vaste, peu peuplée, la Saskatchewan laisse toute la place à la nature, l’agriculture dans le sud, la vie sauvage dans le nord boréal. Terrain parfait pour les road trips qui s’étirent sur de longues heures.

La province s’est formée en 1905 lors du démembrement de l’immense Territoire du Nord-Ouest précédemment concédé à la Compagnie de la Baie d’Hudson.

Saskatchewan, Canada

Paysages

Les silos à grain sont un symbole des Prairies canadiennes, Cathédrales ou Sentinelles des Prairies, selon, elles affirment l’emprise des grandes cultures sur le paysage et l’organisation humaine. Le colza est devenu la récolte la plus rentable, générant le quart des rentrées financières des agriculteurs et offrant d’immenses beautés aux voyageurs. Même les Badlands sont belles à voir.

Regina

La capitale du Saskatchewan, avec seulement 200.000 habitants, ressemble à une petite ville dont on fait vite le tour. Pourtant il y a ses bâtiments officiels imposants, c’est aussi à Regina que l’ancienne Police Montée, devenue la Gendarmerie Royale du Canada (GRC), forme ses cadets qui composent son réputé Carrousel, une impeccable parade à cheval (plus).

Saskatoon

Saskatoon se trouve sur les berges de la rivière Saskatchewan Sud. C’est la plus grande ville de Saskatchewan avec une population d’environ 257.000 habitants. En 1882 un groupe de tempérance torontois arriva et ils s’établit à cet endroit sur les conseils du chef indien local. Puis les crises économiques du 20ème siècle poussèrent à l’exode vers la ville les paysans ruinés des environs (plus).

Prince Albert

Nommée en l’honneur du mari de la reine Victoria, la ville est la troisième plus grande de la province. Dernier grand centre urbain vers le nord, son rayonnement commercial couvre ainsi une large superficie. La figure de John Diefenbaker (1895-1979) reste attachée à la ville. Il en fut député pendant 40 ans, il devint premier ministre du Canada en 1957.

Qu’Appelle

Comme de nombreuses communautés au nord et à l’ouest du Canada, la ville remonte à 1864, il s’agissait d’un comptoir de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Les premiers habitants de la région descendaient des Métis francophones. Un mission catholique fut établie à Lebret pour les servir, alors que les Premières Nations avaient leur propre hôpital.

Cannington Manor

Richement dotés par leur famille, des cadets de l’aristocratie anglaise vinrent établirent une communauté de gentlemen-farmers à la fin du 19ème siècle. Répliquant le modèle anglais, ils pratiquaient les sports et organisaient des activités sociales. Ils se construisirent des manoirs, mais en planches de bois. L’expérience fut un échec et le village progressivement abandonné.

Motherwell Homestead

W.R. Motherwell (1860 – 1943) fut un pionnier au Saskatchewan, il était passionné par les méthodes modernes d’agriculture, ce qui le mena au Parlement et il devint Ministre de l’Agriculture dans les années 1900. La maison et la ferme ont été restaurées dans leur apparence de 1907 pour donner l’impression que les Motherwell se sont juste absentés pour la journée.

Parcs naturels

Plusieurs parcs provinciaux et nationaux mettent en valeur des endroits naturels à travers la province. On peut citer le parc national du Prince Albert (plus), les parcs provinciaux Danielson et Moose Mountain ainsi que le parc interprovincial de Cypress Hills. Il y a aussi l’apparence désertique des Great Sand Hills. Sans façade maritime, la province compense par ses nombreux lacs, certains étant aménagés avec de belles plages de sable.

Forts

On peut toucher concrètement l’histoire de la province en visitant ses forts historiques. Que ce soient des postes de la Police Montée ou des comptoirs de fourrures de la Compagnie de la Baie d’Hudson, la réalité du temps des pionniers y est explicite. De fort Battleford, l’ancienne capitale du Territoire, aux Forts Walsh (plus) et Carlton, les guides interprètes font revivre le passé avec conviction.

Batoche

Batoche est un symbole pour les Métis qui y livrèrent bataille en 1885 après s’être révolté contre le gouvernement fédéral qui ne respectait pas leurs droits ancestraux. Ce fut la fin d’un monde issu de la présence française, on leur imposa la langue anglaise et la culture anglo-saxonne. Il faudra attendre 1982 pour que les Métis soient finalement reconnus officiellement.

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

Introduction au Canada

 

Pour être informé des prochains articles, inscrivez-vous ici (c’est gratuit).

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s